LE BLOG SOLEDIS

20 Nov 2020
colis pour click and collect bilboquet

« J’étais vendeuse de jouets, à cause du COVID-19 je deviens webmaster et community manager » ꟾ 5 questions à Delphine Vilmen, gérante de Bilboquet

Bilboquet est un magasin de jeux et jouets du centre-ville de Vannes qui est également connu en ligne sur la scène nationale grâce à une activité de niche : le cerf-volant. Après avoir souffert de la crise des gilets jaunes puis du premier confinement, Delphine Vilmen la gérante, met toute son énergie pour continuer son activité avec la vente en ligne, instaurer le click and collect et ainsi garder le lien avec ses clients de proximité.

Delphine Vilmen, quelle est votre activité ?

Je gère un magasin de jouets dans le centre-ville de Vannes et deux sites de e-commerce. L’un est dédié aux jeux et jouets : www.bilboquet.com , l’autre est consacré aux cerfs-volants et à la mobilité (trottinette, draisienne, vélo, skateboard, longboard…) : www.bilboquetsport.com .

Sur les jeux et jouets, notre cible est très locale ; les clients aiment venir demander conseil en magasin. En revanche, sur les cerfs-volants, parce que c’est une activité de passionnés, et sur la mobilité parce que c’est une cible adolescente plutôt connectée, notre cible est nationale et nous vendons beaucoup en ligne.

Aujourd’hui, le e-commerce représente 30% de notre CA. Avec ce deuxième confinement, il faut qu’on double.

>> Inutile de déballer les trottinettes qui viennent d’arriver, le magasin devient un stock plutôt qu’un espace de démonstration.

Justement parlez-nous de cette crise du Covid19 et de l’adaptation nécessaire de votre activité de commerçant…

 

Nous avons survécu au premier confinement parce qu’il y a eu une réelle prise de conscience des clients qui ont soutenu le commerce de proximité. Pour ce second confinement, il faut le même élan de solidarité mais je ne sais pas si ce sera suffisant. Aujourd’hui, tout le stock est arrivé et payé… Il faut absolument que je trouve une manière de le vendre. Le e-commerce semble être notre seule issue mais la concurrence des grandes surfaces qui peuvent vendre des produits « non essentiels » et la concurrence des marketplaces sont terribles. On ressent un réel sentiment d’injustice.

Et il ne faut pas oublier qu’avant la crise sanitaire du Covid-19, il y a eu la crise des Gilets Jaunes, qui a fait également beaucoup de mal au commerce de proximité.  Nous avions deux magasins à cette époque et nous avons dû en fermer un à cause de la crise des Gilets Jaunes : il était situé à côté d’une zone de blocage, on a vu aucun client pendant plusieurs mois.

A l’annonce de ce deuxième confinement, j’ai demandé de l’aide à la fédération des commerçants de Vannes puis à la Mairie. Nous avons eu la chance d’être interviewés par Ouest-France et de bénéficier d’une visibilité presse qui a boosté notre activité. Nous avons également été interviewés par France Bleu. Et les marques que nous distribuons nous aident également en nous donnant plus de contenu que d’habitude. Dans l’ensemble notre réseau est solidaire, c’est un vrai soutien !

Cela permettra au moins d’améliorer notre référencement naturel parce que pour avoir un référencement payant sur le marché du jouet en cette période d’achats de Noël, il faut un certain budget… Je suis en contact avec la cellule webmarketing de Soledis pour voir ce qu’on peut faire sur Adwords sur le long terme.

Concrètement, comment va évoluer votre activité de e-commerce dans les prochains jours ?

 

L’urgence c’est de remplir notre site internet, et cela prend énormément de temps. Nous avons 15 000 produits dans notre magasin .Aujourd’hui, il nous reste 1000 fiches produits à créer sous Prestashop pour que tout ce catalogue soit disponible en ligne ! Chaque fiche produit nous prend entre 5 et 10 minutes selon notre habitude de l’outil Prestashop : il faut trouver la bonne catégorie (on en a beaucoup), remplir les textes en anglais et en français, ajouter des visuels et remplir la méta-description pour optimiser le référencement naturel. Toutes les bonnes mains de l’entreprises sont sollicitées mais ce n’est pas leur métier !

 

A la refonte du site de e-commerce par Soledis en 2018, j’avais un webmaster et une infographiste dans mon équipe. Depuis ils sont partis et je n’ai jamais été vraiment formée à la mise à jour du site internet. Heureusement Prestashop est plutôt intuitif mais c’est un multiboutique multilingue, avec de très nombreuses catégories de produits… Il y a certainement des choses que je pourrais faire mieux et plus vite. J’ai demandé une formation à Soledis, en espérant pouvoir trouver une aide au financement.

 

Par ailleurs, notre stratégie est de tenter de reproduire en ligne, ce qui fait notre différence en magasin. Nous misons donc beaucoup sur les réseaux sociaux et le contact personnalisé. Nous proposons des Facebook Live thématiques deux fois par semaine ( https://www.facebook.com/bilboquetdotcom ) et des conseils personnalisés en visio-conférence sur demande. Nous avons également envoyé un bon de réduction de 5€ à notre base de données de 50 000 clients actifs. Pour ceux qui sont à Vannes, c’est une incitation à nous solliciter pour une livraison gratuite sur Vannes ou pour un retrait en magasin et pour les clients ailleurs en France, cela rembourse les frais de port.

 

Nous voulons montrer que nous sommes vivants même avec le magasin fermé ! Pour l’instant ça marche bien et nous recevons beaucoup d’encouragements mais tout cela est fait avec les moyens du bord. Nous ne sommes pas très à l’aise en vidéo, le télé-achat est une première pour nous et nous n’avons pas du matériel de professionnel…

Delphine, son gel hydroalcoolique et son équipe vous accueillent pour venir retirer vos achats en ligne.

colis pour click and collect bilboquet

Emballés ou non, selon l’option choisie sur le site web, vos paquets vous attendent en click and collect.

Comment envisagez-vous l’avenir ?

 

La période actuelle est capitale pour notre secteur d’activité : les achats de Noel démarrent traditionnellement début novembre avec un pic entre le 22 novembre et le 7 décembre. La durée du confinement va être déterminante. C’est très stressant.

Mais tout ce que nous mettons en place aujourd’hui sera utile à l’avenir. Même sans confinement, le site est devenu aussi important que le magasin. On ne peut plus vivre sans site e-commerce aujourd’hui. Mais c’est une activité très chronophage pour laquelle nous n’avons pas de formation. Référencement naturel, référencement payant, mise à jour du site, évolutions… c’est un autre métier que le nôtre, nous avons besoin d’être accompagnés.

 

Vous aussi, vous souhaitez être accompagné par Soledis ?