LE BLOG SOLEDIS

12 Sep 2022
illustration COIN-fr

Refonte de son site web : les points de vigilance

Depuis plus de 20 ans maintenant, le e-commerce grignote inexorablement des parts de marché au commerce physique, et ce phénomène a connu une accélération sans précédent à partir de l’année 2020 et de ses confinements successifs. Aujourd’hui plus que jamais, soigner sa présence en ligne en offrant des contenus ergonomiques, modernes et attractifs est une nécessité. Si votre site commence à montrer des signes d’obsolescence, il est peut-être temps de penser à la refonte ! Mais attention, il s’agit là d’un vaste programme, qui implique de l’énergie, du temps et donc de l’argent. Avant de vous plonger dans le processus de refonte, il est important d’analyser les défaillances de votre site actuel, de définir vos objectifs, de structurer votre projet, et de connaitre les principaux pièges à éviter. Laissez-nous vous aider dans cette étape !

Qu'est-ce qu'une refonte web ?

Refondre son site consiste à le restyliser pour le rendre plus moderne, mais aussi plus efficace. En fonction de l’ancienneté de votre site actuel, de vos performances, de vos objectifs et des nouvelles fonctionnalités souhaitées, l’ampleur de la refonte peut se révéler plus ou moins importante. C’est l’analyse de votre projet qui permettra de déterminer le périmètre et donc l’étendue de cette refonte. Dans les faits, on distingue souvent deux types de refonte :

La refonte graphique

Il s’agit là de ne retravailler que la partie « front-end », la partie visible par l’internaute afin de moderniser le design, les contenus et éventuellement l’arborescence. Aucune modification technique majeure ne sera donc apportée.

La refonte graphique & structurelle aussi appelée refonte totale

Cette dernière consiste à remanier les éléments graphiques, les contenus textes, mais aussi et surtout les éléments plus techniques tels que le CMS (content management system) et les différents modules associés, dans le but de mieux coller aux nouvelles pratiques web.

Quand et pourquoi refondre votre site web ?

Les technologies web n’ont de cesse d’évoluer et votre site se doit de se tenir à jour pour rester adapté aux exigences des différents moteurs de recherche, mais aussi à celles des internautes. Bien que l’on ait tendance à dire que la refonte devient une nécessité dès les premiers signes d’obsolescence, il est parfois complexe d’évaluer les réels besoins de refondre son site. Voici donc les bonnes questions à vous poser avant d’entamer le process de refonte :

  • Mon site est-il performant ? Est-il engageant ?
  • Le chargement de ses différentes pages est-il rapide ?
  • Son design est-il dans l’air du temps ? Et correspond-il à l’image que je souhaite donner de l’entreprise ?
  • La navigation est-elle adaptée ? Y compris sur mobile ?
  • Mon site est-il visible sur les moteurs de recherche ? Si oui, est-il visible sur les requêtes les plus pertinentes pour mon activité ?
  • Le CMS actuel est-il le plus adapté ? Sa prise en main est-elle optimisée pour mes équipes ?

Si vous avez répondu par la négative à l’une de ces questions, c’est qu’il est effectivement l’heure de songer à une refonte.

portrait homme réfléchi

Les 10 facteurs-clés de succès d'une refonte sont dans sa préparation !

Voici les 10 étapes d’une bonne préparation de refonte de site web. Si vous n’oubliez aucun de ces points, vous avez toutes les chances que votre refonte soit réussie c’est-à-dire que vos performances e-commerce augmentent et que vous n’ayez pas envie de tout changer seulement 6 mois après votre refonte !

Partagez tout ce travail de préparation avec votre agence web partenaire, elle saura vous conseiller !

Analysez les métriques disponibles

Beaucoup de personnes imaginent la refonte comme un changement très radical mais il est parfois pertinent de garder les éléments qui fonctionnent, notamment le référentiel. Avant de foncer tête baissée dans les étapes passionnantes de design d’un nouveau site, il est donc important de prendre la température des données actuelles afin de créer une base de référence, mais aussi de fixer de nouveaux objectifs. Voici donc quelques éléments à analyser :

Le trafic : il est un indicateur incontournable ! Penchez-vous sur le volume d’utilisateurs et de sessions, et concentrez-vous sur les sources de ce dernier : organique, payant, réseaux sociaux, direct, etc…

Le taux de rebond : il est le garant de la qualité de votre trafic ! Pensez à vérifier que ce dernier ne s’envole pas, cela pourrait être le signe d’un problème de référencement naturel ou encore, d’un problème de tracking.

Le taux de conversion : générer du trafic c’est génial, mais encore faut-il réussir à la convertir. Concentrez-vous sur le taux de conversion global, puis page par page et n’hésitez pas à ajuster celles qui présentent les scores les plus faibles.

Les pages de destination & de sortie : analysez les pages d’entrée des internautes et les mots-clés auxquelles elles sont associées. Pensez également à vous intéresser aux pages de sortie et tentez de corriger les éléments qui pourraient pousser les internautes à partir.

De nombreux autres KPI méritent une attention toute particulière, nous pouvons par exemple citer la durée moyenne des sessions, le nombre moyen de pages consultées par session, les pages les plus consultées, les évènements et bien d’autres.

Mesurez la vitesse

La vitesse de chargement de vos pages est un élément clé, quand on sait que près d’un internaute sur deux quitte un site si le chargement dépasse les 3 secondes. La lenteur est un véritable sales killer ! N’hésitez pas à utiliser l’outil Page Speed Insight, non seulement il mesure la vitesse de vos pages mais il vous propose également des suggestions d’amélioration. La vitesse mobile ne doit pas être délaissée, bien au contraire, pensez donc à vérifier le score pour la partie desktop mais aussi mobile.

Relevez les erreurs techniques

Pages 404, pages non indexées… les erreurs techniques peuvent être diverses et variées et avoir un impact non négligeable sur votre référencement et donc vos performances. N’hésitez pas relever toutes ces anomalies afin de vous assurer qu’elles soient parfaitement résolues sur le nouveau site. Des outils tels que Google Search Console ou encore Screaming Frog peuvent vous permettre de relever ces problèmes.

Faites un état des lieux de vos mots-clés

Commencez par définir des listes de mots-clés qui vous paraissent pertinents pour votre activité. Intéressez-vous ensuite aux mots sur lesquels vous êtes effectivement positionnés en contrôlant leur pertinence via le volume de recherche mensuel. Concentrez-vous ensuite sur les pages positionnées sur ces mots-clés, et sur les actions à mettre en place pour les rendre plus performantes.

Surveillez vos backlinks et l’autorité de votre domaine

Google et autres moteurs de recherche valorisent les sites qui jouissent d’une forte autorité. Cette autorité de domaine est un score qui se base principalement sur le nombre de liens entrants, aussi appelés backlinks. Il ne s’agit pas seulement d’en avoir beaucoup, ils doivent aussi être de qualité !

Connaissez-vous réellement vos clients ? L’objectif est de connaitre votre cible sur le bout des doigts afin d’affiner votre stratégie marketing, et donc votre discours, car bien souvent, « s’adresser à tout le monde, ça ne parle à personne ! »

Pour cerner vos profils d’acheteurs, il vous faudra répondre à quelques questions… Sont-ils des hommes ? Des femmes ? Quel âge ont-ils ? Quels sont leurs intérêts ? Que recherchent-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Leurs habitudes ? Comment communiquent-ils ?

Maintenant que vous avez cerné vos profils d’acheteurs, connaissez-vous vos concurrents ? Vous vous devez de les identifier, de vous intéresser aux produits ou services qu’ils proposent, à leurs prix, à leurs contenus, à l’organisation de leur site (arborescence, structure et contenus des pages, charte graphique, …) mais aussi à leur classement SEO. Sont-ils plus visibles que vous ? Si oui, sur quelles requêtes et pourquoi ? Le but n’est bien évidement pas de plagier, mais bien de les connaitre afin d’identifier les bonnes pratiques, comme les mauvaises. Analyser vos concurrents vous permettra de déterminer avec plus de précisions les différents critères de votre cahier des charges.

Une fois l’audit effectué, vos buyers personas et concurrents identifiés il est temps de définir vos objectifs ! Il est essentiel de coucher sur papier les raisons qui motivent cette refonte et les objectifs que vous souhaitez atteindre. Plus de trafic ? Un meilleur taux de conversion ? Optimiser l’UX ? Donner un coup de jeune au design ? Fidéliser vos clients ? Remettre à jour les fonctionnalités techniques ? Changer de CMS ? Quels sont vos délais ? Quels sont vos impératifs ? Quels budgets souhaitez-vous allouer au projet ? Souhaitez-vous internaliser la refonte ou souhaitez-vous passer par une agence web ? N’hésitez pas à vous appuyer sur la fameuse méthode SMART pour vous aider à définir des objectifs clairs et précis. Pour rappel, elle se base sur 5 adjectifs :

  • Simple
  • Mesurable
  • Atteignable
  • Réaliste
  • Temporel

Toutes ces informations devront ensuite être intégrées à un cahier des charges. La rédaction de ce document incontournable, est une étape clé du remodelage de votre site. Il doit tracer les grandes lignes de votre projet web et devra inclure tous les éléments permettant d’éclairer les parties prenantes (internes et externes) sur les attentes, objectifs, et orientations à prendre. On y retrouve souvent :

  • Le contexte : présentation de la structure et de ses activités, avantages concurrentiels, valeurs, interlocuteurs…
  • L’état des lieux du site actuel : CMS utilisé, gestion du nom de domaine, de l’hébergement et de la maintenance, gestion des contenus, motivations de la refonte, éléments obsolètes, éléments forts à conserver…
  • Les objectifs : rôle du site web et résultats attendus (idéalement illustrés de KPI).
  • L’arborescence et les contenus : arborescence si elle a déjà été retravaillée, nombre de pages estimé, types de contenus à intégrer (images, vidéos, textes…), détails sur les éléments à fournir (qui et quand) …
  • L’identité visuelle : qui fournit les maquettes, combien de propositions sont attendues, inspirations diverses, éléments graphiques appréciés (polices, couleurs) …
  • Les fonctionnalités techniques : ventes en ligne, formulaires, impératifs quant au CMS, modules et extensions, moteur de recherche, blog, modules SEO, passerelles techniques (gestion des stock, mise à jour de prix…)
  • Délais : échéances des différentes étapes (maquettage, intégration, recettage, mise en production)

Une fois ce cahier des charges finalisé, si vous souhaitez faire appel à une agence web, c’est le moment de commencer à les consulter.

L’audit analysé, le cahier des charges achevé et votre arborescence validée, place maintenant à l’habillage du site !
Avant de plonger dans les maquettes, commencez si vous le pouvez, par des zonings qui vous permettront de déterminer la structure des pages en indiquant les emplacements des principaux bloc et éléments de call to actions. On se concentre donc dans un premier temps sur l’expérience utilisateurs. Concrètement, il s’agit du squelette de vos pages, sur lesquels vous viendrez ensuite greffer un habillage, le graphisme.

Même si pour certains, le zoning est une perte de temps, il vous permettra de vérifier qu’aucune fonctionnalité et/ou call to action n’ait été omis et que l’ergonomie correspond bien aux objectifs établis. Cette première étape vous permettra ensuite de limiter le nombre d’allers-retours à effectuer avec les équipes créatives.

Les zonings validés, c’est l’heure de maquetter ! Couleurs, polices, types d’images : l’objectif est de définir une charte graphique qui correspond à l’image que vous souhaitez donner de votre marque, mais aussi et surtout, une chartre qui répondra aux attentes de vos utilisateurs. N’oubliez pas de prendre en compte la fameuse psychologie des couleurs !

Vous connaissez sûrement la fameuse phrase de Bill Gates : « Content is King ! » ?
Et bien effectivement, si vos objectifs incluent une meilleure visibilité sur les moteurs de recherche, la phase rédactionnelle sera cruciale ! La refonte est le moment idéal pour repenser vos pages, mais aussi pour ajuster et compléter vos contenus existants.
Attention toutefois à ne pas vous lancer tête baissée dans de la rédaction qui ne serait pas productive. Basez-vous sur l’audit sémantique, étudiez les pages qui génèrent du trafic, les mots-clés sur lesquels vous chercher à gagner des positions et rédigez en ce sens. N’hésitez pas à utiliser des outils qui vous permettront d’analyser votre score d’optimisation et de suroptimisation SEO.

Si vous ne souhaitez pas perdre l’intégralité du référentiel de votre ancien site, il faudra veiller à rediriger vos anciennes URL. Un plan de redirection est donc impératif ! Un outil de crawl du type Screaming Frog peut vous permettre de scanner l’intégralité de vos URL. Cette liste pourra ensuite être complétée par des extractions issues de divers outils tels que Google Analytics, Google Search Console ou encore SEMrush. Votre fichier d’URL finalisé, vous pouvez à ce stade effectuer un premier tri : les URL que vous souhaitez rediriger (301), celles que vous souhaitez supprimer définitivement (410) et celles que vous souhaitez laisser en erreur (404). Il vous faudra ensuite commencer le travail de correspondance entre les anciennes et les nouvelles URL. Attention, une mauvaise gestion des redirections peut très vite vous coûter cher !

Votre site développé et intégré, il vous faudra vous pencher sur la partie mesure des performances.
En plus des éléments nativement remontés par les outils de tracking du type Google Analytics ou Matomo, vous pouvez décider de mesurer des informations plus poussées ou tout simplement plus précises : clics sur tel ou tel bouton, remplissage de formulaires, scroll et bien d’autres. Le plan de tracking est un document qui va lister l’ensemble des évènements que vous aimeriez mesurer. Il spécifie également quand les collecter et comment.

Avant d’appuyer sur le fameux bouton, et de mettre en ligne votre site flambant neuf, pensez à vérifier et revérifier que tout fonctionne parfaitement :

  • Testez votre site sur de multiples navigateurs
  • Analysez son apparence sur divers appareils du type desktop, mobile et tablette
  • Contrôlez vos boutons de call to actions, vos formulaires, vos commandes et la remontée de ces informations sur vos outils d’analyse de données

N’effectuez pas vos tests seul dans votre coin, appuyez-vous sur des regards neufs. N’hésitez pas à demander l’avis de vos proches et notez tout ce qui leur aurait posé problème, ou ne leur aurait pas paru fluide.

Le site est en ligne, et la donnée remonte correctement dans vos outils d’analyse, il est maintenant temps d’exploiter cette donnée afin de vérifier que votre site rempli les objectifs de votre cahier des charges ! Et pour cela, quoi de mieux que les tableaux de bord Google Data Studio ?

Google Data Studio est un outil de visualisation des données, une interface de création de rapports à partir de data issue de différentes sources : Google Analytics, Google Ads, Google Search Console mais aussi vos données e-business directement issues du CMS.

Ces tableaux de bord sont entièrement personnalisables, évolutifs, accessibles en ligne et la donnée est disponible en temps réels ! Nos équipes webmarketing peuvent vous accompagner dans la mise en forme de ces rapports pour créer des vues répondant à vos enjeux Business, et donc faciliter vos prises de décision.

11. CONSEIL BONUS : Choisissez la bonne agence web pour accompagner votre refonte !

La refonte est une étape cruciale, qui se doit d’être méticuleusement orchestrée sous peine de subir des conséquences business non négligeables. Ne sous-estimez pas les phases d’analyse des besoins, de définitions des objectifs, et de rédaction du cahier des charges, qui, si elles sont bien réalisées, sont des bases solides, facteurs de réussite du projet.
Bien menée, la refonte est surtout une superbe opportunité de propulser votre business : elle vous permet de donner un coup de jeune au design, de mettre à jour vos fonctionnalités techniques, mais aussi d’affiner l’expérience utilisateur, les contenus et la stratégie SEO. Pour profiter d’un accompagnement 360°, faites appel à Soledis !

deux chefs de projets soledis devant un ordinateur